Contrôle de la croissance des cellules cancéreuses de sein

Thèse soumise à l'embargo de l'auteur (communication intranet).
URL d'accès : http://ori-nuxeo.univ-lille1.fr/nuxeo/site/esupver...

Auteur(s):  Le Bourhis, Xuefen
Date de soutenance : 1998
Éditeur(s) : Université Lille1 - Sciences et Technologies 

Langue : Français
Garant ou directeur :  Boilly, Bénoni
Classification : Sciences de la vie, biologie, biochimie
Discipline : Sciences naturelles
Mots-clés : Sein -- Cancer
Estrogènes
Protéoglycanes
Cellules cancéreuses -- Croissance
Facteurs de croissance transformants bêta
Cellules épithéliales
Facteurs de croissance du fibroblaste
Apoptose
Facteurs de croissance de l'épiderme
Butyrate de sodium
Cellules -- Prolifération

Résumé : La croissance des cellules cancéreuses de sein est contrôlée non seulement par des hormones et des facteurs de croissance, mais également par des interactions cellulaires entre cellules normales et cellules cancéreuses. Mes travaux de recherche concernent, d'une part les actions du facteur de croissance épidennique (EGF) et du facteur de croissance fibroblastique (FGF), d'autre part le rôle des cellules normales dans le contrôle de la croissance des cellules cancéreuses du sein. Nous avons observé que l'action mitogène de l'EGF nécessite un nombre restreint de récepteurs de l'EGF. De plus, l'EGF agit comme un "facteur de progression" dans la lignée MCF-7, en synergie avec des facteurs sériques et/ou des facteurs sécrétés par les cellules. Par ailleurs, des variations de l'expression des récepteurs de l'EGF et des oestrogènes dans les différentes phases du cycle pourraient rendre compte des variabilités dans la sensibilité cellulaire aux hormones et aux facteurs de croissance. Le FGF exerce ses activités biologiques via deux sites de fixation: des récepteurs membranaires de haute affmité à activité tyrosine kinase (FGFR) et des sites de liaison de basse affinité correspondant à des protéoglycanes de type héparane sulfate (HSPG). Afin d'apprécier le rôle du FGF2 dans le contrôle de la cancérogenèse mammaire, nous avons étudié la régulation des sites de fixation du FGF par des inhibiteurs de prolifération tels que le TGFb1, le butyrate de sodium (NaB) et l'acide rétinoïque (RA). Aucun des agents utilisés ne modifie de façon significative le nombre et l'affinité des FGFR, mais le TGFb1 et le NaB inhibent la prolifération cellulaire et l'activité uPA tout en augmentant la synthèse des HSPG. Ces deux agents pourraient donc exercer leurs effets biologiques en diminuant la biodisponibilité du FGF2 endogène par séquestration dans les HSPG néosynthétisés. De plus, nous avons observé que les carraghénanes (molécules apparentées aux HSPG) régulent différemment la prolifération et l'activité uPA des cellules mammaires selon le statut normal ou cancéreux des cellules.



Cité Scientifique BP 30155 59653 VILLENEUVE D'ASCQ CEDEX Tél.:+33 (0)3 20 43 44 10