La ville morcelée : Effets de coupure en milieu urbain

URL d'accès : http://ori-nuxeo.univ-lille1.fr/nuxeo/site/esupver...
https://ori-nuxeo.univ-lille1.fr/nuxeo/site/esupve...
https://ori-nuxeo.univ-lille1.fr/nuxeo/site/esupve...

Auteur(s):  Héran, Frédéric
Date de soutenance : 09/12/2014
Éditeur(s) : Université Lille1 - Sciences et Technologies 

Langue : Français
Garant ou directeur :  Ménerault, Philippe
Laboratoire : Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé)
Ecole doctorale : 

Classification : Urbanisme
Discipline : Aménagement et Urbanisme
Mots-clés : Coupures urbaines
Enclavement
Tissu urbain
Circulation urbaine
Quartiers (urbanisme)
Infrastructures de transport
Utilisation urbaine du sol
Nuisances
Redevances d'usage
Vie urbaine
Entrées de ville

Résumé : Les villes sont aujourd’hui sillonnées par de nombreuses infrastructures de transport et encombrées de grandes emprises infranchissables qui découpent leur territoire en autant d’entités plus ou moins isolées, les rendant quasi inaccessibles à pied ou à bicyclette et compliquant leur desserte par les transports publics, renforçant ainsi la dépendance automobile des usagers des lieux, qu’il s’agisse d’habitants, de salariés ou de clients. Si une entité ainsi enclavée est suffisamment grande pour contenir une diversité de destinations de proximité – logements, écoles, commerces, services… – une certaine vie locale peut malgré tout s’y développer. Si, en revanche, sa taille est restreinte ou ses fonctions urbaines réduites jusqu’à devenir monofonctionnelle, l’enclavement devient problématique. Les relations de voisinage s’atrophient et il n’est plus possible de se déplacer autrement qu’en voiture. Dans un contexte de rareté croissante des ressources, cette dépendance est une source actuelle et potentielle de difficultés pour les populations concernées. Une coupure urbaine peut donc être définie comme une emprise dont la taille ou ce qu’elle accueille perturbent les relations entre les populations alentour. L’effet de coupure est clairement une nuisance, au même titre que le bruit ou la pollution, car c’est une externalité négative infligée sans contreparties par des émetteurs – les usagers motorisés en véhicules individuels ou collectifs qui circulent sur ces infrastructures – à des récepteurs – les usagers non motorisés, piétons et cyclistes, mais aussi les services de distribution, de desserte et d’urgence –, engendrant des gagnants et des perdants, qui peuvent l’être tour à tour selon leur choix modal. Le mémoire présente l’évolution des réflexions sur le sujet dans le monde depuis plus de cinquante ans, précise quels sont les publics les plus concernés, propose une typologie des coupures urbaines, montre le rôle particulier de la vitesse dans leur genèse, élabore ce que pourraient être les principes de cartographie des coupures, analyse le cas particulier des barrières de trafic, ex¬plique les limites de la monétarisation, explore les différentes solutions de traitement des coupures et montre que seule une approche intégrée de la voie et de la ville est vraiment pertinente.


Résumé (anglais) : 


Cité Scientifique BP 30155 59653 VILLENEUVE D'ASCQ CEDEX Tél.:+33 (0)3 20 43 44 10