Bâtir et habiter l’action collective
(Built and live collective action)

URL d'accès : http://ori-nuxeo.univ-lille1.fr/nuxeo/site/esupver...

Auteur(s):  Beaucourt, Christel
Date de soutenance : 30/06/2016
Éditeur(s) : Université Lille1 - Sciences et Technologies 

Langue : Français
Garant ou directeur :  Desreumaux , Alain
Laboratoire : Lille économie et management (LEM)
Ecole doctorale : École doctorale Sciences économiques, sociales, de l'aménagement et du management (Villeneuve d'Ascq)

Classification : Gestion et organisation de l'entreprise
Discipline : Sciences de gestion
Mots-clés : Relations individus-organisations
Ressources humaines
Participation sociale
Relations professionnelles
Comportement organisationnel
Projet d'entreprise
Engagement envers l'entreprise
Convergence des buts
Ajustement (psychologie)

Résumé : Les relations entre individus et organisations sont au cœur de notre parcours de recherche. D’abord nous avons montré que l’action collective se nourrit de processus de partage, de mise en commun, de communication et sur cette base d’une coopération entre les individus se percevant les uns les autres comme singuliers et susceptibles d’être en désaccord. Nous cherchions à expliquer comment produire des « arrangements » pour en venir ensuite à nous demander pour quoi ils étaient construits. En nous intéressant aux entreprises sanitaires et sociales, nous avons regardé si le projet pouvait être une agrégation des intérêts des uns et des autres, l’expression d’un but commun ou un engagement à faire vivre des valeurs, des potentiels d’action et à étendre ou générer du commun. Nous avons constaté la fragilité de cette vision « politique » pour peu qu’elle soit faiblement ancrée dans les personnes ou qu’une « autorité » vienne balayer « l’esprit » qui l’avait fait naître. Les approches économique et instrumentale de la gestion reprennent alors le dessus sur le projet associatif et les professionnels finissent pas ne plus regarder avec la même attention les usagers. Ils oublient de continuer à s’approprier et à requalifier ce qui fait entre eux l’occasion de s’associer et d’agir collectivement au point de ne plus « habiter » l’action collective. Au lieu de sonder les motifs de l’action collective, nous avons analysé les actions (ou expériences) qui contribuent et transforment les situations de gestion afin de comprendre les complémentarités réussies entre « prendre part » et « apporter une part ». Il n’est plus question d’ajustement mais de double production dans l’entre deux. Nous regardons aujourd’hui les relations entre individus et organisations sous l’angle de leur « vitalité » et nous montrons comment cette notion permet d’enrichir et de refonder l’analyse de l’action collective.


Résumé (anglais) : The relations between individuals and organisations are at the heart of our research. We showed first that collective action feeds on a sharing process , on pooling, on communication and hence on a cooperation between individuals perceiving themselves as independent and able to express disagreement. We were trying then to explain how to produce arrangements and eventually analyse the reasons for their construction. Focusing our interest on the so-called « social and health enterprises », we examined whether the project could be the aggregation of a diversity of interests, the expression of a common goal or a commitment to enact values, action potential and to nurture and generate unity. We observed the fragilty of this « political » vision when it is not solidly anchored in the people or when the spirit behind it, is swept away by an « authority ». Then, the economic and instrumental management approaches prevail over the associative project and the professionals gradually fail to grant the same attention to the users . They forget to appropriate and requalify what provides them with an opportunity to associate and act collectively. Instead of probing into the motives of collective action, we analysed the actions (or experiences) which contribute to the transformation of the management situations in order to understand the successful complementarities between « participation » and « contribution ». There is no more adjustment issue but a common production in the midway. We are examining today, the relations between individuals and organisations with regard to their « vitality », and we are showing how this notion allows the enrichment and refoundation of the analysis of collective action.


Cité Scientifique BP 30155 59653 VILLENEUVE D'ASCQ CEDEX Tél.:+33 (0)3 20 43 44 10