• 1 ressource a été trouvée.
Tri :   Date Editeur Auteur Titre

Délivrance de molécules thérapeutiques aux muqueuses par des bactéries lactiques recombinantes

/ Daniel Catherine / Université Lille1 - Sciences et Technologies / 14-10-2016
Voir le résumé | Accéder à la ressource
Voir le résumé
J’ai réalisé une thèse de Doctorat à Lille de 1994 à 1998 sur le métabolisme du fer chez une bactérie commensale opportuniste anaérobie Bilophila wadsworthia et une bactérie aérobie responsable d’infections nosocomiales Acinetobacter baumanii. Je suis partie en mobilité postdoctorale à Seattle, Washington, USA de 1998 à 2001 pour travailler sur la régulation transcriptionnelle du système de fixation de l’azote chez une Archaea méthanogène, Methanococcus maripaludis. J’ai ensuite intégré l’Institut Pasteur de Lille en 2001 pour développer un programme de travail sur les bactéries lactiques (BL) et leurs effets bénéfiques sur la santé. Le but de mes travaux était de développer des BL recombinantes produisant des allergènes dans le cadre d’un projet européen. Mon contrat de recherche a été pérennisé avec un poste de chargée de recherche en 2002. J’ai développé des projets sur les BL recombinantes comme vecteurs de délivrance de molécules thérapeutiques aux muqueuses. J’ai focalisé mes projets sur la sécrétion de molécules actives dans le tractus digestif des souris pour lutter contre des pathologies intestinales. Je me suis aussi impliquée dans l’étude de la délivrance de molécules vaccinales dans la muqueuse nasale. Dans le cadre de l’allergie au pollen de bouleau et aux acariens, nous avons mis en évidence les capacités anti-allergiques de deux BL (Lactobacillus plantarum et Lactococcus lactis) sauvages et recombinantes après administration muqueuse à des souris dans différents modèles d’allergie. De plus, une mono-colonisation des souris à la naissance avec une souche L. plantarum recombinante entraine une prévention de la réponse allergique à l’âge adulte. Dans un contexte d’inflammation intestinale, nous avons montré que la souche Lc. lactis qui secrète la protéine immunomodulatrice LcrV (Low calcium V antigen) de Yersinia réduit l’inflammation intestinale induite expérimentalement dans deux modèles murins. De plus, une immunisation muqueuse avec la souche Lc. lactis produisant LcrV est efficace pour protéger des souris contre Yersinia. Qu’elles soient administrées par voie orale ou intranasale, les BL se retrouvent majoritairement en transit dans le tractus gastro-intestinal. Même si des effets sur les muqueuses intestinales sont exploités, d’autres effets en dehors de la muqueuse intestinale ont également été décrits. Il est donc important de comprendre les interactions entre les bactéries administrées par voie orale et le système intestinal de l’hôte. Nous avons montré que des souches Lc. lactis et L. plantarum bioluminescentes sont détectées in vivo chez la souris par imagerie de bioluminescence après administration orale. La majorité des deux bactéries transitent dans le tractus digestif alors que seule une partie de la population bactérienne L. plantarum persiste chez la souris dans le caecum et le côlon. [...]

Cité Scientifique BP 30155 59653 VILLENEUVE D'ASCQ CEDEX Tél.:+33 (0)3 20 43 44 10